Projets en cours

Consultez ici nos projets en cours.
Pour toutes questions ou demandes d’information, n’hésitez pas à nous joindre.

Projets en cours
Gestion, conservation et diversification

Rétablissement de la connectivité des habitats de l'anguille d'Amérique (anguilla rostrata)

Description du projet

2018 – 2022

Dans le cadre du Fonds pour la restauration côtière (FRC), provenant du MPO, l’AGHAMM vise à rétablir la connectivité des habitats de l’anguille d’Amérique, Gataw en mi’gmaq, Kat en malécite, sur son territoire. Le FRC a pour but de créer des projets servant à atténuer les menaces touchant les espèces et les habitats situés le long des côtes et à appuyer des actions qui mènent au rétablissement des habitats aquatiques, spécialement des espèces avec un statut particulier comme l’anguille d’Amérique. L’objectif principal de ce projet est de faciliter la migration à tout moment/et à tout stade de vie, en connectant des habitats d’importance pour cette espèce en péril.

Dans un premier temps, des obstacles infranchissables à la migration de l’anguille sur le territoire ont été ciblés et caractérisés. Par la suite, des plans d’aménagements fauniques ont été proposés aux propriétaires des infrastructures préalablement aux travaux de restauration.  Lors de cette première phase, l’installation une passe piège au pied du barrage du Lac D’Amours dans le bassin de la rivière Dartmouth a été faite, qui a mené à la capture de plus de 500 anguilles et anguillettes à l’été 2019.

À l’automne 2020, notre équipe avait rendu 8 obstacles franchissables en tout temps par l’anguille d’Amérique sur le territoire, de par la construction et l’installation de passes migratoires permanentes sur des barrages et par l’élévation de seuils en aval de ponceaux infranchissables. Ces travaux d’aménagements fauniques sont répartis dans les bassins versants des rivières Dartmouth et Cascapédia en Gaspésie et dans le bassin de la rivière Rimouski au Bas-St-Laurent. Au total, nos aménagements construits en 2020 ont donné accès à plus de 2000 hectares d’habitat pour l’anguille d’Amérique, espèce au cœur des cultures mi’gmaques et malécites.  Ce projet sera poursuivi 2021 et des aménagements fauniques supplémentaires seront installés sur des barrages situés dans le bassin versant de la rivière Rimouski.  L’équipe de l’AGHAMM travaille en collaboration avec les experts-conseils de l’équipe aquatique de la firme AECOM pour ce projet.

Relevé post-saison du concombre de mer

Description du projet

2013 – présent

L’AGHAMM est impliquée dans le relevé post-saison de concombre de mer depuis 2013 en collaboration avec les titulaires de permis, incluant nos trois communautés membres. L’objectif du relevé est d’évaluer les impacts de la pêche au dragage sur les concombres de mer et les communautés benthiques. La composition des espèces en termes d’abondance et de biomasse, ainsi que la taille des concombres de mer, sont comparées entre des sites à diverses intensités de dragage et avec différents délais depuis le dernier passage de drague. Les résultats sont partagés avec les titulaires de permis et le MPO dans un effort de fournir des informations importantes afin de soutenir le développement durable de cette pêche. 

Liaison avec la garde côtière canadienne

Description du projet

2019 – present

Depuis 2019, l’AGHAMM assume un rôle de liaison entre la Garde côtière canadienne (GCC) et les communautés mi’gmaques et malécites du Québec. Nous agissons à titre de fil connecteur pour fournir de l’information sur les nombreux programmes de la GCC aux communautés des Premières Nations, et pour favoriser les relations et échanges entre la GCC et les communautés, en particulier avec leurs départements des pêches. Outre notre présence dans les salons d’emploi, un atelier a été organisé en mars 2020 à Gaspé avec des représentants des communautés de Gesgapegiag, Gespeg, Listuguj et Wolastoqiyik Wahsipekuk. Les différents programmes de formation, de recrutement, de navires auxiliaires, de brise-glace et de recherche et sauvetage ont notamment été abordés.

Bateau-école NIGNAG

Description du projet

2017 – présent

En 2017, l’AGHAMM a fait l’acquisition d’un bateau-école multi-espèces dans le but de prodiguer de la formation. Nous avons aussi acquis trois permis de pêche commerciale communautaire pour le maquereau, le hareng et le thon rouge; ainsi que les équipements de pêche associés. Nous avons nommé le bateau Nignag, ce qui signifie notre maison en langue mi’gmaque. L’acquisition de ce bateau-école multi-espèces vise à former adéquatement les membres des communautés de Gespeg, Gespegiag et Wolastoqiyik Wahsipekuk à pêcher commercialement différentes espèces comme le homard et les espèces visées par nos permis.  Particulièrement, ce projet permet l’apprentissage en situation réelle sur les diverses techniques de pêche, les différents engins, les nouvelles technologies, tout en achevant une formation pratique sur la sécurité en mer.  Le Nignag est aussi utilisé pour les activités aquacoles au site de l’AGHAMM à Paspébiac, ce qui permet de former l’équipage et les apprenants sur la culture des macroalgues. Grâce à l’aide du MPO et de Service Canada, le programme du bateau-école permet d’offrir de la formation pour les apprentis, aide-pêcheurs, capitaines ainsi que des cours en plongée sous-marine. Les formations théoriques reconnues par des établissements d’enseignements sont combinées aux expériences pratiques à bord du bateau-école.

 

Mise en œuvre du plan de suivi d'abondances des pinnipèdes et portrait des activités de plaisance dans la zone de protection marine du Banc-des-Américains

Description du projet

2020-2023

 

L’AGHAMM s’est engagée à mettre en place un plan de suivi environnemental conjoint avec le MPO pour la zone marine protégée du Banc-des-Américains. Ce plan de suivi vise notamment à évaluer si les objectifs de conservation sont atteints pour cette aire protégée située à l’est de Gespeg. Deux indicateurs écologiques et biologiques ont été sélectionnés pour ce suivi : la présence et l’abondance des pinnipèdes (phoques) ainsi qu’un portrait des activités de plaisance. Un calendrier des suivis sur 3 ans été développé et l’AGHAMM participera aux activités de terrain, d’analyse et de diffusion des résultats en partenariat avec Gespeg et le MPO.

Aquaculture

Description du projet

 2018 – present

Depuis le printemps 2018, l’AGHAMM opère son propre site aquacole au large de la baie de Paspébiac. Ce site est dédié à la culture en mer de macroalgues marines, en majorité la laminaire sucrée (Saccharina latissima) et des essais de culture d’alarie succulente (Alaria esculenta) et de dulse (Palmaria palmata) sont en cours. La récolte des algues permet notamment d’approvisionner des entreprises de transformation d’algues à des fins alimentaires telles que SALAWEG, qui était initialement un projet de l’AGHAMM. Notre site est le premier au Québec qui se dédie à la production commerciale des grandes algues de mer. Il permet aussi la réalisation de plusieurs projets de recherche en collaboration avec nos partenaires (Merinov, MPO, UQAR, Université Laval, etc.).

 

Atlas des sites et usages mi’gmaqs et malécites du Saint-Laurent marin

Description du projet

2015-present

À l’origine, ce projet visait à accroitre les capacités des groupes membres de l’AGHAMM à colliger et organiser les données géoréférencées sur leurs usages et sites d’importances dans des milieux côtiers et maritimes. Plus précisément, le projet avait comme objectif de numériser, cartographier et partager les connaissances mi’gmaques et malécites en lien avec les activités traditionnelles et contemporaines pour le milieu marin. Ainsi, le projet a permis à l’AGHAMM de rassembler l’information disponible portant sur les usages et lieux importants pour ses trois communautés membres et de générer des bases de données géoréférencées qui est disponible dans sa première version en document PDF ici (Atlas des sites et usages Mi’gmaqs et Malécites du Saint-Laurent marin des communautés de Gesgapegiag, Gespeg et Viger).

La nouvelle version de l’Atlas sous forme de Story maps, www.atlas.aghamm.ca.  Et permet notamment aux membres des communautés de visualiser l’utilisation du territoire côtier et maritime et d’accéder aux données liées au milieu marin sur leur territoire sous forme d’atlas convivial. C’est un outil en évolution qui sera bonifié au fil du temps par l’équipe de l’AGHAMM et par les membres des communautés et ultimement, il permettra de soutenir les communautés dans leur participation à planification spatiale marine.

Initiatives durables pour diminuer les risques d’empêtrements de cétacés du Saint-Laurent (baleine noire, rorqual bleu, béluga) dans les engins de pêche

Description du projet

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP) et a pour principal objectif d’appuyer la mobilisation et la participation des communautés membres de l’AGHAMM dans le domaine de l’intendance des espèces en péril et de la mise en œuvre de la Loi sur les espèces en péril (LEP), en lien avec les menaces d’empêtrement dans des engins de pêche, notamment pour la baleine noire de l’Atlantique Nord, le rorqual bleu et le béluga du Saint-Laurent. Ce projet rendra possible la mise en place d’actions permettant d’éliminer ou de diminuer les risques d’empêtrement des cétacés dans les engins de pêche, afin de favoriser la conservation et le rétablissement de ces espèces en voie de disparition.

La mise en place récente des mesures de protection de la baleine noire depuis 2018 a eu un impact majeur pour nos communautés mi’gmaques du Gespe’gewa’gi ainsi que pour la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, et a déclenché un désir de se mobiliser afin de contribuer à la mise en place de solutions durables. Déjà, des pistes de solutions potentielles sont discutées par nos communautés, principalement au niveau de nouvelles méthodes de pêche et de modifications aux engins de pêche, qui pourraient permettre de réduire les risques liés aux empêtrements pour la baleine noire, mais aussi pour le rorqual bleu et le béluga. La faisabilité technico-financière et réglementaire doit cependant être analysée. Ainsi, ce premier objectif sera réalisé par l’embauche d’un agent de liaison cétacé-communauté (Rachel) qui sera responsable d’effectuer une consultation, un portrait de la situation, une veille stratégique et d’assurer un partage d’information adéquat dans le but de planifier et d’élaborer des pistes de solutions adaptées.

Le second objectif du projet est de favoriser la conservation et le rétablissement de ces espèces aquatiques en péril, ainsi que leurs habitats, en proposant et en mettant en place les solutions novatrices retenues pour permettre de diminuer les risques d’empêtrement. Cet objectif sera réalisé par l’analyse des résultats des essais pilotes entrepris et par l’éducation et la diffusion des bonnes pratiques retenues.

En 2021, les équipages de nos trois communautés participent activement au rétablissement des populations de cétacés dans le golfe du Saint-Laurent, en participant à cette étude pilotée par l’AGHAMM sur la modification des engins de pêche pour réduire les risques d’empêtrement. Les techniques utilisées incluent l’ajout de maillons faibles dans les cordages et les bouées des casiers de pêche au crabe des neiges. Des recommandations seront émises en fonction des résultats obtenus après une première saison de pêche, et des essais sont également prévus en 2022.

Projets en cours
Sensibilisation

Journée mondiale des océans

Description du projet

Depuis quelques années, pour célébrer la Journée mondiale des océans, l’AGHAMM organise un nettoyage des plages dans la communauté de Gesgapegiag. Les membres de la communauté se réunissent pour nettoyer les rives. Après l’événement, des collations et des rafraîchissements sont fournis et nous nous réjouissons d’avoir enlevé plusieurs kilos de déchets qui auraient fini par aboutir dans la mer.

Histoire de saumon (Plamu, Polam)

Description du projet

Depuis de nombreuses années, l’AGHAMM et la Fédération du saumon atlantique du Québec collaborent pour fournir aux écoles élémentaires de notre région l’équipement, les œufs de saumon et le matériel pédagogique pour faire l’incubation des oeufs de saumon en milieu scolaire. Les élèves apprenent les différentes étapes du cycle de vie du saumon, Plamu en mi’gmaq et Polam en malécite, et remettent les alevins en rivière au mois de juin de chaque année. Les écoles ayant participé à cette activité sont la Wejgwapeniag School (Gesgapegiag), l’école du Bois-Vivant (New Richmond), l’ecole de l’Escabelle (Cap-Chat).

Camp d'été de Gespeg

Description du projet

Chaque année, la communauté de Gespeg organise un camp d’été pour ses jeunes. L’AGHAMM y contribue en participant à certaines de leurs activités extérieures et intérieures, par exemple du kayak de mer, la visite du parc Forillon, l’observation des baleines, et plus encore.